cnsmd de lyon

Paradise 07/02

À quoi ressembleraient nos vies si nous vivions dans un monde où « réaliser ses rêves » serait devenu une banalité ? Dans un futur proche, une machine à rêves nommée Paradise est commercialisée et contrôlée par une organisation mystérieuse qui profite pleinement de ce nouveau marché. Le temps d’un interrogatoire, une femme à l’identité obscure questionne Luhan afin d’obtenir des informations importantes sur l’utilisation controversée qu’il fait de la machine. Paradise est une dystopie musicale et théâtrale, entre culture pop et savante, musique instrumentale et électronique.

Bande Annonce

Entrée libre sans réservation

Comédie musicale : One Day More

onedaymore-the-musicalCe spectacle, conçu par des étudiants chanteurs danseurs et instrumentistes du CNSMD de Lyon, vous transporte dans l’univers de comédies musicales anglophones, célèbres ou plus confidentielles.
Alliant jazz, tango ou ballade, One Day More, loin de n’être qu’un simple catalogue de chansons, vous entraîne dans un tourbillon d’émotions et vous propose une mystérieuse intrigue. Souvenez-vous de la tendresse de la Mélodie du Bonheur, de la force des Misérables, de la magie du Moulin Rouge, de la bonne humeur de Singing in the rain et tant d’autres…
Durant cette soirée, vous redécouvrirez les comédies musicales qui ont fait rêver des générations de spectateurs, transposées dans un
univers contemporain à la  fois réaliste et fantasmé.

Conception :
Arnaud Tibère-Inglesse,
Quentin Desgeorges et
Pauline Loncelle

En partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon
gratuit

« La Boîte aux Lettres » Jeudi 30 avril à 19h19

De et par : Sébastien Hervier (percussions)

Japthal, jeune homme d’une vingtaine d’années, est un étrange polyglotte. Tantôt c’est avec les « bols », onomatopées du langage musical indien, qu’il fait chanter une batterie ; tantôt c’est avec une poésie phonétique aux onomatopées primitives qu’il raconte son histoire.
Ce solo pour percussions et voix est un voyage entre textes du répertoire de Kurt Schwitters et Georges Aperghis, musique de Bertrand Dubedout, et compositions originales de Sébastien Hervier.
La boîte aux lettres, comme image d’un chez – soi, et comme passerelle par laquelle chants et rythmes indiens peuvent dialoguer avec bruits et interférences occidentales.

En partenariat avec le Conservatoire National Supérieur de Musique et de la Danse de Lyon.
Durée 1h environ. À partir de 8 ans
Entrée libre

Une âme allemande / CNSMD de Lyon

Vendredi 24 octobre 19h19
Orchestre du CNSMD de Lyon
Peter Csaba, direction
Stéphanie Padel, violon et 3e cycle Artist Diploma

Ce programme axé sur le répertoire allemand du XIXe, s’illustre par deux grands noms :

Robert Schumann (1810-1856)
Concerto pour violon en ré mineur

Felix Mendelssohn (1809-1847)
Symphonie en la majeur n°4 op. 90, dite « italienne »

 picto-GRATUIT

(suite…)

L’Impatience et les Zephyrs le 24 avril à 20h30

« L’Impatience et les Zephyrs » / Jeudi 24 avril à 20h30
Une proposition de l’Ensemble Tictactus en partenariat avec le Conservatoire National Supérieur Musique et Danse de Lyon

Violons : Adrien Carré, Matilde Pais
Altos : Rachel Cartry, Boris Winter
Violoncelle : Gulrim Choi
Théorbes, guitares : Stéphanie Petibon, Olivier Labé Danse : Gudrun Skamletz, Olivier Collin
Conception du spectacle : Stéphanie Petibon
Mise en scène : Olivier Collin et Stéphanie Petibon

Un couple de danseurs évolue sur scène. Un pas de passacaille, un contretemps de chaconne, Madame est face à Monsieur. Une cabriole et maintenant Monsieur la salue. « Quel air gracieux ! On dirait qu’elle domine le monde » se dit-il en glissant près d’elle. Les deux danseurs se font face et font corps avec les musiciens. La bande de violons, complice, joue des airs de Lully. Les théorbistes leur répondent les transcriptions de ces airs écrites par Robert de Visée. Le couple de danseurs reprend parfois les chorégraphies de Messieurs Rameau, Pécour ou Feuillet et danse aussi ses propres idées. Gudrun Skamletz et Olivier Collin deviennent des démons, des cavaliers…

Entrée libre