Cycle Jean Giono – Astrée + Iris

Le Théâtre Astrée et de le Théâtre de l’Iris s’associent pour vous présenter une cycle autour de Jean Giono : trois spectacles pour (re)découvrir l’œuvre de l’écrivain.

Avantage tarifaire : présentez votre ticket pour un des deux spectacles du Théâtre Astrée lors de votre venue au Théâtre de l'Iris en mars 2022 pour bénéficier du tarif réduit à 8 €. Les étudiants et personnels de Lyon 1 bénéficient également du tarif réduit à 8 € sans présentation du billets.

Au Théâtre Astrée

Le Théâtre Astrée présente deux adaptations de textes de Jean Giono, dans le cadre de la semaine Jean Giono, hommage au quarantenaire de la mort de l’auteur provençal.

Un roi sans divertissement
un roi sans divertissement : photo de couverture

Un collectionneur d’histoires raconte un fait divers : des disparitions étranges ont lieu pendant les hivers dans un petit village de montagne. Dans une ambiance de brouillard et de neige, les taches de sang, seuls témoins des disparitions, créent une psychose de peur. Hormis ces traces rouges, « rien que la neige vierge tout autour ». Le « collectionneur », tout à la fois conteur et acteur, prendra tour à tour la personnalité des différents protagonistes de cette sombre mais jubilatoire histoire de crimes bien singuliers. Un spectacle étrange, une œuvre d’ombre et de lumière n’excluant ni l’humour ni la poésie.

Théâtre Espace 44
Mardi 23 novembre à 19 h 19
Tarifs habituels, GRATUIT pour les étudiant.e.s. Réservation conseillée.

.

PhotoDlarue
L’Homme qui plantait des arbres

À l’aube du XXe siècle, un marcheur nous raconte sa rencontre avec Elzéard Bouffier qui chaque jour plante des centaines et des centaines d’arbres. Quelques années plus tard, après la guerre, notre narrateur revient dans ce pays provençal et découvre une magnifique forêt : des chênes, mais aussi des hêtres et des bouleaux. D’année en année, la forêt s’étend, permettant à toute la région de revivre.

Œuvre majeure, en particulier devant l’urgence écologique, cette fable nous parle de manière poétique de notre lien à la nature, sa nécessité et sa beauté.

Compagnie Demeure, Les Particules
Jeudi 25 novembre à 19 h 19
Tarifs habituels, GRATUIT pour les étudiant.e.s. Réservation conseillée.

Au Théâtre de l’Iris

Rendez-vous en mars pour les 12 représentations d’une autre adaptation de l’œuvre de Jean Giono.

L’Arbre à rêver

Il y a mille façons de parler de Jean Giono, L’Arbre à Rêver en est la mille et unième.
On y découvre entrelacés, des épisodes de la vie de l’homme et des extraits de ses œuvres majeures. Des textes puissants et rarement dits. L’Arbre à Rêver éclaire les facettes d’un écrivain résolument moderne, styliste, et d’un poète obsédé de noirceur et de sensualité. Sur scène, c’est à travers la voix et le corps de trois comédiens qu’on accède à la force d’un Giono créateur et à ses personnages.

Cinquante ans après sa mort, les clichés et les malentendus retombent et on entend, sans intermédiaire et dans toute son actualité, la parole d’un écrivain libre et lucide. Henry Miller, qui entretint une longue correspondance avec Giono le considérait comme le Faulkner français, en ce qu’ils inventèrent tous deux un sud de littérature, plein de désir, de fureur, et d’âpre poésie.


Compagnie de l’Iris
Du mardi 1er mars au samedi 12 mars 2022 à 20h (16 h le dimanche 6 mars), relâche le lundi 7 mars.
Bord de scène le jeudi 3 mars.
Théâtre de l’Iris, 331 Rue Francis de Pressensé, Villeurbanne
Infos et réservations sur le site du Théâtre de l’Iris

En savoir plus sur Jean Giono

Dans le paysage littéraire du XXe siècle, Giono, figure dominante, est pourtant à part. Giono est souvent décrit comme un paysan, une sorte de chauvin, alors qu’il ne parlait même pas le provençal, et même comme un écrivain régionaliste, bien que la moitié de ses livres soient situés dans les Alpes, en Italie, ou sur l’océan. Resté à l’écart des courants, se plaçant même à contre-courant et n’ayant pas cherché à exercer une influence littéraire, ni à dégager la théorie de son écriture, il est inclassable.

Ses œuvres sont très facilement trouvables, en librairie et en bibliothèque, en édition courante ou en poche. Son premier éditeur fut Grasset, mais on le trouve aujourd’hui principalement chez Gallimard.

L’auteur intrigue tout autant que son œuvre. De nombreuses biographies sont trouvables sur Internet. France culture lui a dédié plusieurs émissions, et un épisode du podcast de Radio Chateaubriand aborde son œuvre.

L’Homme qui plantait des arbres a aussi fait l’objet d’une adaptation en film d’animation de trente minutes, par Frédéric Back, en 1987. L’illustration de cet article (et de notre newsletter de novembre) est tirée de ce court-métrage d’animation. La version non-restaurée est disponible en intégralité sur YouTube.

Le Centre Jean Giono et Le Paraïs

Si, un jour, vous êtes de passage à Manosque (04), vous pourrez y visiter le Paraïs, la maison de Jean Giono. L’écrivain y a réalisé la quasi-totalité de son œuvre et a laissé après sa mort une bibliothèque personnelle comprenant plus de 8 000 ouvrages, un fonds documentaire important de lettres, photos, manuscrits, papiers privés, objets d’art et mobilier.

Depuis 1985, le Paraïs est le siège de l’association Les Amis de Jean Giono, qui accueille et guide visiteurs et chercheurs, gère le fonds d’archives et organise les Rencontres Giono chaque été.

Vous pourrez également visiter l’Hôtel Raffin qui abrite le Centre Jean Giono. La municipalité en a fait un espace culturel destiné à la valorisation et à la diffusion de l’œuvre de l’écrivain. Le centre abrite également des associations ainsi que le service des Archives municipales. Tous ont une vocation littéraire, autour du développement de la lecture.