musique

Les concerts de décembre

Entre jeu et rite, la « Boqala » est une pratique algéroise ancienne durant laquelle les femmes se retrouvaient pour s’adonner à la poésie, guidées par leur quotidien, l’espoir, l’amour, la nostalgie, l’exil… C’est ainsi que Chems s’est constitué son propre bocal qu’elle continue d’enrichir au gré des poètes et poétesses qui l’inspirent et de ses rencontres. 

Avec la complicité du musicien et compositeur Malik Ziad ils offrent une véritable traversée du Maghreb au Moyen-Orient, des temps reculés de la poésie mystique aux textes d’auteurs contemporains. Un recueil haut en couleurs mêlant répertoire classique, folk et compositions. A cette occasion, le duo sera rejoint par l’inimitable batteur et musicien Karim Ziad.

Jeudi 1er décembre à 19 h 19
Tarifs habituels
Réservation conseillée.

Dans le cadre du festival Les Guitares. Découvrir le teaser de l’édition 2022 du festival :


Concert des ateliers rock et orchestre symphonique de la Mission Culture – Lyon 1. Atelier Rock dirigé par Jean-Marc Simon & atelier Orchestre symphonique, dirigé par Boris Kapfer.

Lundi 12 décembre & mardi 13 décembre à 20 h 20
Gratuit
Réservation conseillée.


Pour aller plus loin

On en profite également pour remettre au gout du jour notre article de l’an dernier sur le format physique de la musique et l’évolution des pratiques d’écoute.

Les futurs Rolling Stones ?

Fanny Autard, de Toï Toï le Zinc, nous parle de la pratique individuelle de la musique durant ces années de restrictions sanitaires :

Tout le monde s’accorde à dire que les confinements sans fin n’ont pas aidé notre vie sociale, nos études ou nos sorties culturelles. Par contre, ils auront quand même réussi une chose, c’est à nous donner plus de temps pour nous. Peut-être que vous avez ressorti votre guitare poussiéreuse pour vous mettre enfin à apprendre Wonderwall d’Oasis, comme vous avez toujours rêvé de le faire ? Eh bien vous n’êtes pas seul.e, car les ventes de guitares et de claviers numériques se sont envolées pendant cette période, tout comme les vues des tutos Youtube pour apprendre à jouer d’un instrument.

Que vous ayez appris à jouer du triangle comme un.e chef.fe ou que vous ayez saoulé vos voisins avec votre batterie, bravo. Bravo à vous d’avoir découvert quelque chose de nouveau, d’être sortis de votre zone de confort dans une période qui n’était pas simple à vivre. On espère que vous pourrez un jour partir en tournée pour que le monde puisse enfin entendre votre version de Seven Nation Army des White Stripes à la flûte traversière.

Une histoire du format physique

Aujourd’hui, on écoute beaucoup de musique au format numérique, que ce soit en streaming ou non. Mais cette habitude est en fait assez récente. Jusqu’aux début des années 2000, outre la radio, le support physique était le seul moyen d’écouter de la musique en dehors des concerts. L’histoire de l’enregistrement musical est elle-même assez récente, elle commence à la fin du XIXe siècle.
Olivier Leydier, régisseur, nous raconte :

Vinyle

Héritier du gramophone, le vinyle est resté le support unique d’écoute jusqu’à la deuxième moitié du XXe siècle. Pour le fabriquer, on grave sur un disque de vinyle (d’où le nom) un sillon formé de trous et des bosses, de l’extérieur vers l’intérieur. Il apparait en 1948 avec les 33 tours.

Le vinyle reste un objet de niche, plutôt prisé par les mélomanes et les collectionneurs.
« Le vinyle est plutôt liée à l’objet global, via l’aspect visuel, le toucher… L’impact sensitif d’un objet a des répercussions cognitives sur notre rapport à la musique » – Gilles Rettel (Tranzistor)

Cassette

La cassette est inventée en 1963. C’est un système d’aimant qui déplace de la poussière de fer sur une bande de papier ou de plastique pour enregistrer les sons.
La cassette se lit sur un magnétophone et plus tard un « walkman », qui permettait pour la première fois d’écouter de la musique en dehors de chez soi.

La cassette n’a pas remplacé le vinyle mais elle permettait un nouvel usage gratuit : enregistrer la radio, les vinyles et même d’autres cassettes, ce qui a largement participé à la diffusion de très nombreux groupes. Même le CD ne l’a jamais vraiment détrônée car elle est restée reine dans les voitures jusqu’au milieu des années 1990.

et CD

Abréviation de disque compact, inventé en 1981, le CD est la première gravure numérique de musique. Il est durant ses premières années cher, car, pour la première fois, un support pouvait contenir 70 minutes de musique, ce qui a entrainé une multiplication des albums longs (15 – 20 titres).

Il devient le support majoritaire au tout début du XXe siècle, en particulier avec la démocratisation des chaînes hi-fi depuis les années 1980, particulièrement adaptées à l’écoute sur multisupports
Pendant vingt ou trente ans, à l’image de la télévision, ce bloc d’écoute a été un élément central du foyer.

Enregistrement numérique, les nouveaux usages

Les Walkmans sont remplacés par les lecteurs MP3, puis, avec l’arrivée des téléphones portables, ce sont les enceintes d’ordinateur ou portables et les écouteurs ou casques qui deviennent les éléments indispensables à une écoute de qualité.

La cassette (enregistrée), le CD (gravée) et le téléphone (téléchargé) ont surtout servi à sortir la musique enregistrée des circuits commerciaux. Aujourd’hui, de nombreuses personnes ont tendance à payer un abonnement pour un service de streaming plutôt que d’acheter des morceaux ou des albums à l’unité.

Mais tous ces usages finiront eux-aussi par être remplacés par d’autres dans les décennies à venir. L’évolution est constante dans cette courte histoire de la musique enregistrées. De plus, c’est surtout la praticité d’usage qui fait évoluer les habitudes d’écoute, bien plus que la qualité sonore ou la disponibilité réelle des moyens.

4 parcours thématiques, saison 2022 – 2023

Si vous vous demandez quoi venir voir au Théâtre Astrée, c’est facile on vous répond : tout !

Mais s’il faut vraiment faire des choix, on vous propre des sélections basées sur les grands thèmes qui sillonnent la saison 2022 – 2023. Quatre parcours de six spectacles vous sont proposés :

La Famille

Thème universel, intemporel, exploré encore et encore, les artistes ont encore beaucoup à dire sur la cellule familiale. En mot ou en geste, des spectacles et des chorégraphies vous proposent d’explorer ce thème, avec des classiques de Molière et de Garcia Lorca, des comédies et même de la danse. C’est le parcours qui contient le plus de classiques.

  • Le Bourgeois gentilhomme – théâtre – mercredi 21 septembre à 19 h 19
  • Les Fourberies de Scapin – théâtre – mardi 8 novembre à 19 h 19
  • La Casa de Bernarda Alba – théâtre – mardi 29 novembre à 19 h 19
  • Chems – concert – vendredi 1er décembre à 19 h 19
  • IE [famille] – danse – vendredi 13 janvier à 19 h 19
  • Le Mec de la tombe d’à côté – théâtre – mardi 25 avril à 19 h 19

Renverser la table

La politique, les institutions, la révolution, qu’elles soient représentées avec un regard romantique ou au contraire factuel, sont des thèmes qui donnent toujours de la matière à la création. Parcours le plus varié en termes de type de spectacles, les créations de cette saison explorent l’actualité et le désir de changements sur scène et à l’écran !

  • Plateau-télé : H24 – série – vendredi 25 novembre à 12 h 21
  • (La Bande à) Laura – danse – mardi 24 janvier à 19 h 19
  • Une Femme – théâtre, humour – jeudi 2 février à 19 h 19 et vendredi 3 février à 19 h 19
  • Contagion – théâtre – jeudi 7 mars à 19 h 19
  • Si j’étais à ta place – danse – vendredi 31 mars à 19 h 19
  • Le Printemps des Révoltés – théâtre – jeudi 20 avril à 14 h 14 et 19 h 19

L’Art pour l’art

Le spectacle vivant, l’art, comme médium pour parler des œuvres d’arts et transmettre des connaissances, c’est ce que vous propose de parcours autour du thème des sciences et sciences humaines, pour découvrir et apprendre autrement. Avec sept spectacles, c’est le parcours le plus dense et riche.

  • Insectes : histoire en (dés)équilibre – théâtre et musique, science de la terre – mardi 4, jeudi 6 et vendredi 7 octobre à 19 h 19
  • 100 ans d’amitié franco-afghane – lectures, géopolitique – lundi 14 novembre à 19 h 19 (étape de travail)
  • XII – 12 – danse, mathématique – mardi 15 novembre à 19 h 19
  • Ces mots pour sépulture – théâtre et Histoire – jeudi 24 novembre à 19 h 19
  • Ah ! Dieu que la guerre est jolie – théâtre et poésie, Histoire – jeudi 26 janvier à 19 h 19
  • Danseuse – danse, Histoire de la danse – mardi 21 février à 19 h 19
  • Gaston Bachelard – théâtre et poésie – jeudi 27 avril à 19 h 19

Place aux jeunes

Grande thématique de Villeurbanne Capitale française de la culture, le Théâtre Astrée fait place à la jeune création, aux jeunes interprètes, mais également aux spectacles qui explorent les thèmes de la transmission entre générations. Avec quatre spectacles gratuits, c’est aussi le parcours le plus économique.

  • Panique chez les Mynus – théâtre et sciences, jeune public – samedi 8 octobre à 15 h 30 et 17 h 30
  • Malacca – danse, hip hop – vendredi 21 octobre à 19 h 19
  • Naï – danse – jeudi 17 novembre à 19 h 19
  • Jeune Ballet du CNSMD Lyon – danse – mardi 14 mars à 19 h 19
  • Jeune ballet désoblique – mardi 4 avril à 19 h 19
  • En Scène ! – danse – vendredi 7 avril à 19 h 19

Vous n’êtes pas sûr.e de quel parcours vous correspond le plus ?
Un test de personnalité très scientifique, réalisé par nous-mêmes, est là pour vous guider !