À la une

Le Voyage de Roméo – Chaos Danse – 18/01

Cette pièce est un portrait, celui de Roméo, danseur ivoirien, fuyant la guerre dans son pays et arrivant en France en 2013. C’est l’histoire de sa danse, qui se transforme et s’enrichit au fur et à mesure du chemin.
L’idée est de montrer aux enfants que l’immigration est aussi une aventure courageuse, porteuse de beauté et d’espoir. L’itinéraire géographique est aussi un parcours que le migrant traverse dans son propre corps. À travers l’histoire individuelle d’un danseur, il s’agira de montrer la vivacité créatrice de ceux qui doivent s’adapter et inventer un nouveau mode de vie.

Distribution

compagnie Wejna
Chorégraphie : Sylvie Pabiot, en collaboration avec Roméo Bron Bi
Danse : Roméo Bron Bi
Création sonore : Romain Serre
Création lumière : Simon Stenmans
Costumes : Caroline Delannoy

Gratuit pour les étudiants, les personnels Lyon 1 et les personnels INSA Lyon
12 € plein tarif | 6 € tarif réduit
Réserver

Cycle Racine : Astrée + Clochards Célestes

Le Théâtre Astrée et le Théâtre des Clochards Célestes s’associent pour vous présenter le Cycle Racine. Pour poursuivre votre découverte de l’œuvre de Racine, vous pouvez assister à Depayser au Théâtre des Clochards Célestes, une adaptation d’Andromaque, du 26 au 31 janvier.

Avantage tarifaire : une place achetée = un tarif réduit dans l'autre lieu. Présentez votre ticket ou votre confirmation de réservation d'un des lieux pour obtenir un tarif réduit dans l'autre !

Au Théâtre Astrée

Adieu Bérénice

Depuis qu’ils sont sortis du Conservatoire où ils se sont rencontrés, Paul et Julie n’ont cessé de jouer ensemble. Or voici qu’ils ont été choisis par Luchino Scontirelli, un metteur en scène de renommée internationale. Elle sera Bérénice, lui, Titus, dans la pièce de Jean Racine. Mais l’approche non conventionnelle de Scontirelli, qui n’a jusqu’ici pas monté d’œuvre du répertoire classique, va dérouter quelque peu les deux comédiens… Luchino Scontirelli sait-il vraiment où il va avec Bérénice ? Et jusqu’où Paul et Julie sont-ils prêts à le suivre ?

Mardi 25 janvier à 19 h 19
Tarifs habituels, GRATUIT pour les étudiant.e.s |
6 € avec la réduction partenaire. Réservation conseillée.

Britannicus

L’action se situe en 56 après Jésus-Christ et mêle intimement rivalité amoureuse et conflit politique. L’empereur Claude a eu un fils, Britannicus, avant d’épouser Agrippine et d’adopter Néron, fils qu’Agrippine a eu d’un précédent mariage. Agrippine, après avoir empoisonné l’empereur Claude, a écarté du pouvoir Britannicus au profit de Néron.
En plus de leur rivalité familiale et politique, Britannicus et Néron sont tous les deux amoureux de la princesse Junie. Face à l’empereur en proie à ses mauvais instincts, Junie doit faire un choix déchirant : ou bien rester fidèle à Britannicus et provoquer sa mort, ou bien sauvegarder la vie de celui qu’elle aime et sacrifier son amour en cédant à Néron.

Jeudi 27 janvier à 19 h 19
Tarifs habituels, GRATUIT pour les étudiant.e.s |
6 € avec la réduction partenaire. Réservation conseillée.

Au Théâtre des Clochards Célestes

Dépayser

Dépayser revisite les alexandrins d’Andromaque en y mêlant des extraits en langues étrangères. Avec cette version, chacun.e peut renouveler son regard sur les émotions de la tragédie, se laisser emporter par la musicalité des langues, envahir par la force des passions déployées et toucher par l’expérience d’être ému.e.s, ensemble, au-delà des mots.

Du mercredi 26 au vendredi 28 janvier à 19 h 30, samedi 29 et dimanche 30 à 16 h 30, lundi 31 à 19 h 30.
Info et réservations sur le site du Théâtre des Clochards Célestes.
Tarif réduit à 10 € sur présentation d’un billet du Théâtre Astrée.

Crédit photo
– image de couverture : JR Korpa
Adieu Bérénice : David Gaubiac
Britannicus : compagnie Parole en acte
Dépayser : Lou Morel

Janvier à l’heure hispanique – Astrée + Iris + Toï Toï

Le Théâtre Astrée, le Théâtre de l’Iris et Toï Toï le Zinc s’associent pour vous présenter Janvier à l’heure hispanique, un cycle de deux spectacles, un concert et une sélection de conseils culturels pour découvrir la culture hispanique et hispanophone.

Avantage tarifaire : une place achetée = un tarif réduit dans les autres lieux. Présentez votre ticket ou votre confirmation de réservation d'un des lieux pour obtenir un tarif très réduit dans les deux autres lieux !

Au Théâtre Astrée

Une première partie est proposée. Des étudiant.e.s feront une lecture de poèmes espagnols, dans le cadre des Nuits de la lecture.

Qu’on rouvre les fenêtres

Écrit à partir de témoignages d’enfants et de petits-enfants d’immigrés espagnols, ce spectacle met en scène trois personnages face à leur mémoire familiale. L’un se souvient et entretient précieusement les récits de ses aïeuls ; l’autre tente de recoller les morceaux, bribe par bribe, pour reconstituer le puzzle ; le dernier refuse de ressasser le passé, il avance, coûte que coûte…

En redonnant vie à des bribes du passé, les personnages laissent place à une étonnante légèreté, portée par le plaisir de se rappeler, de raconter. Par moments, le théâtre se mêle à la danse, pour révéler les non-dits, exprimer les points de suspension. Qu’on les ait conservées, oubliées ou exhumées, les histoires de famille reviennent chacune à leur manière pour nous faire rire ou pleurer.

compagnie Anda Jaleo
Jeudi 20 janvier à 19 h 19
Tarifs habituels, GRATUIT pour les étudiant.e.s | 6 € avec la réduction partenaire. Réservation conseillée.

Au Théâtre de l’Iris

Toutes les représentation de La Casa de Bernarda Alba sont annulées.

J’ai muré les portes et les fenêtres

Nous avons rencontré des femmes espagnoles. Elles ont toutes vécu sous la dictature franquiste. L’une, fille d’un républicain, a subi les représailles franquistes. Elle s’est exilée et nous livre son histoire. L’autre dit n’avoir rien vu, rien vécu. Elle est immigrée et se mure dans le silence.
Le silence imposé à l’Espagne par un Franquisme museleur demeure aujourd’hui. Cette chape de plomb résulte d’une guerre fratricide qui a éventré le pays, divisant la population. Le mutisme a été entretenu par une politique répressive menée par Franco, noyant dans le sang toute opposition. Les autorités ecclésiastiques censuraient et contrôlaient, infligeant à la société un intégrisme religieux.
On assignait aux femmes un rôle subalterne : consignées à la maison, elles étaient bafouées. Elles devaient être dévouées à leur mari, autant qu’à la Phalange. Aujourd’hui encore, elles sont dédaignées par l’Histoire. C’est pourquoi il est urgent de les exhumer de l’oubli et de revendiquer leurs paroles.


Compagnie Anda Jaleo
Jeudi 13 janvier à 20h

Théâtre de l’Iris, 331 Rue Francis de Pressensé, Villeurbanne
Infos et réservations sur le site du Théâtre de l’Iris

A Toï Toï le Zinc

Aïtawa + James Stewart

Toï Toï présente un concert de sono mondiale, avec Aïtawa qui s’inspire des rythmes afro-colombiens pour vous faire danser et un DJ Set de James Stewart.

[concert reporté, nouvelle date à venir]
Infos et réservations sur le site de Toï Toï


Pour aller plus loin

Si vous souhaitez approfondir encore votre découverte de la culture hispanique et de ses œuvres d’art, suivez nos recommandations !

Musique

Toï Toï propose trois groupes à écouter :

  • Chicharrón

Chicharrón c’est de la cumbia afro-tropicale, du rock psychédélique, de la salsa endiablée, et des mélodies andines envoûtantes ! Un groupe de 5 musiciens français et chiliens passionnés de musique latine et de grattons qui vous embarque dans le train de la Chicha, destination l’Amazonie péruvienne et les Andes. Pendant le voyage, on écoute des orgues et un piano-basse bien vintages, une guitare aux mille effets, une section rythmique délirante et une voix puissante accompagnée d’instruments andins traditionnels.

Le groupe reprend et réarrange à sa sauce des standards de la Chicha, cumbia psychédélique née dans les classes populaires du Pérou à la fin des années 1960 dans un contexte de boom pétrolier et d’exode rural. Ce style a révolutionné la musique dans toute l’Amérique latine, et connaît un énorme succès en Europe depuis le début du siècle. Danse, sueur et vertiges assurés !

Un titre pour les découvrir : El Diablo

  • AA’IN

AA’in est une rencontre entre les musiques de deux terres voisines : le Vénézuéla et la Colombie. Deux pays aux histoires entremêlées mais aux identités pourtant bien distinctes. AA’IN signifie « âme » dans la langue indigène wayuu – un peuple dont le territoire ancestral chevauche justement les deux pays.

Rebecca Roger, chanteuse vénézuélienne, Sergio Laguado, guitariste colombien et Manuel alejandro sánchez, multi-instrumentiste vénézuélien révèlent à travers leur musique ce que leurs cultures ont en commun. AA’IN puise dans les très riches traditions de leurs pays respectifs – dans les joropos, que l’on trouve dans los Llanos, ces plaines où le bétail ne respecte pas les frontières, mais aussi dans les rythmes afro-venézueliens, la cumbia – et les mélodies moins traditionnelles empruntées à l’héritage plus pan-latin du flamenco ou du jazz.

Un titre pour les découvrir : Pajarillo

  • Saroyé

Formé à l’initiative du musicien réunionnais Luc Moindranzé, Saroyé est le fruit de la rencontre entre deux principaux styles de musique. Rumba et Maloya (Cuba et La Réunion) dialoguent au sein d’un répertoire de compositions originales.

Un titre pour les découvrir : Comment te dire l’été

Littérature

Quelques auteurs espagnols

  • Federico García Lorca

Auteur de La Casa de Bernarda Alba, F. Garcia Lorca est écrivain, poète et le dramaturge espagnol le plus célèbre. Il est même considéré comme le poète espagnol le plus influent du XXe siècle. Avant ou après avoir vu la pièce, vous pouvez lire le texte de La Casa de Bernarda Alba, ou choisir Noces de sang, une autre de ses pièces qui traite d’un amour interdit au sein d’un petit village dans les années 1920. Si vous êtes plutôt poésie, on vous conseille le recueil Polisseur d’étoiles chez Po&psy. Nombre de ses poèmes sont également trouvables facilement en ligne.

  • Gabriel Janer Manila

Auteur contemporain, G. Janer Manila écrit surtout des livres pour la jeunesse marqués par ses recherches pédagogiques sur l’enfance et son environnement. Il est également professeur d’anthropologie de l’éducation à l’Université des îles Baléares à Palma de Majorque.

On vous conseille un de ses livres court et intense, aussi bien pour les enfants que pour les adultes : J’ai joué avec les loups. « Un jour, à la tombée de la nuit, un homme que je n’avais jamais vu s’est présenté chez nous. J’avais six ans. L’étranger a donné des sous à mon père, m’a pris dans ses bras et m’a hissé sur son cheval. On est partis. Mon père m’avait vendu comme on vend une chèvre. »

  • Almudena Grandes

Écrivaine mais aussi journaliste, A. Grandes écrit des œuvres de fiction qui s’inspirent de l’Espagne de la fin du XXe siècle et du début du XXIe siècle. Elle met en scène, avec beaucoup de réalisme, des personnages très introspectifs. Vous pouvez tenter son roman Vents contraires, l’histoire de deux familles radicalement différentes qui habitent pourtant l’un en face de l’autre, dans un quartier résidentiel. Sara Gomez Morales et son voisin d’en face, Juan Olmedo vont se lier d’amitié

Où trouver des titres hispanophones ?

Plusieurs maisons d’édition en France font honneur à la littérature hispanophone. On pense notamment à la mythique collection de Gallimard « Du Monde entier », qui a publié les plus grands auteurs espagnols du XXe siècle. Vous pouvez également vous pencher sur la collection « Babel » chez Actes Sud, et sur les éditions Zulma, spécialisées en littérature étrangère contemporaine, proposent également un fond très pointu.

La Collection « Les Ibériques » des éditions José Corti proposent des livres espagnols mais aussi portugais. Outre la langue mère (castillan, catalan, portugais), ce que partagent la plupart des auteurs du catalogue, c’est une certaine intranquillité propre aux Ibères et à leurs descendants.

Les éditions hispaniques sont une maison associative qui agit en faveur de la promotion des langues et civilisations ibériques et latino-américaines des études hispaniques. Son fond est extrêmement varié et très pointu, pour explorer les expressions contemporaines hispanophones.

Enfin, pour les sciences humaines, vous pouvez consulter le fond hispanophone des éditions Orbis Tertius

Pour vous procurer des livres d’auteurs hispanophones ou même en espagnol, il y a bien sûr internet, mais si vous préférez acheter en magasin, plusieurs librairies de Lyon et Villeurbanne vendent une belle sélection d’auteurs hispanophones. Si vous avez envie de les lire en version originale, rendez-vous chez Damn Fine Bookstore (Lyon 7e), une librairie spécialisée en livres en langue étrangère, pour boire un café et faire votre choix dans la sélection hispanophone. Le Kotopo, bar associatif, possède aussi un fond hispanophone, que vous pouvez consulter.

Enfin, plusieurs bibliothèques de Lyon, Villeurbanne et de la Métropole proposent une section langue étrangère, où vous trouverez plusieurs références en langue espagnole pour tous les niveaux.

Cinéma documentaire

Deux documentaires sur les grands enjeux de l’Espagne contemporaine sont à découvrir gratuitement sur Arte.tv.

Il y a encore quelques semaines à peine, l’artiste performer espagnol Abel Azcona vivait exilé au Portugal et ne pouvait se rendre dans son pays qu’en secret. Il était recherché par la police. Son crime : le blasphème. Lors de ses performances, il avait ouvertement critiqué les abus sexuels sur mineurs au sein de l’Église catholique.

33 minutes – disponible jusqu’au 18 février 2022

Au sud-est de Tanger, à une centaine de kilomètres de l’Espagne, près de la Méditerranée, Tétouan est une cité qui a une double identité. « La fille de Grenade », comme on la surnomme, est, depuis le XVe siècle, étroitement liée à l’Andalousie et à ses habitants venus en masse se réfugier derrière ses murailles.

15 minutes – disponible jusqu’au 29 janvier 2023

Cuisine

A Lyon, les restaurant ne manquent pas. Pour diner, avant, après les spectacles ou quand l’envie vous prendra, on vous propose deux établissements qui servent d’authentiques plats sud-américains :

  • Canaima, cuisine franco-latine, Lyon 1er
  • Le Nativo, bistro latino-américain, Lyon 2e

Astrée Gaming Series cherchent bénévoles

La Mission Culture de Lyon 1, qui gère le Théâtre Astrée, cherche 3 étudiant.e.s et personnels de Lyon 1 pour créer le comité de programmation des Astrée : Gaming Series. Depuis 2021, la Mission Culture organise au Théâtre Astrée les Astrée : Gaming Series, un festival de jeux vidéo et d’arts numériques. Le festival offre la possibilité de jouer à une sélection de jeux, seul ou à plusieurs, et propose différentes animations culturelles.

Pour la deuxième édition, la Mission culture souhaite confier la programmation jeux vidéo du festival à un comité d’étudiant.e.s et de personnels Lyon 1 bénévoles, qui travaillera en collaboration avec l’équipe du Théâtre Astrée / Mission Culture pour proposer une sélection de jeux vidéo et d’animations culturelles autour du thème annuel.

Les Astrée Gaming Series auront lieu les 9, 10 et 11 juin 2022. Le thème de l’édition 2022 est Récits et jeux vidéo.

Les missions du comité étudiant seront, par exemple, de proposer un programmation jeux vidéo en fonction du thème annuel ou d’imaginer des animations culturelles sur les jeux vidéo et les arts numériques.

Si ce projet vous intéresse, nous vous invitons à lire l’appel à bénévole, pour connaître toutes les missions du comité et les modalités de candidatures. L’appel est ouvert jusqu’au 15 février 2022. Envoyez vos candidature à notre chargée de communication, Justine Vincenti (justine.vincenti@univ-lyon1.fr).

Réservé aux étudiant.e.s et personnels de l’Université Lyon 1.

Photo : Branden Skeli

Protocole sanitaire (25/11/21)

Le Protocole sanitaire

La pandémie de Covid-19 n’étant pas encore derrière nous, le protocole sanitaire instauré en 2020 – 2021 reste en place. Afin de vous accueillir dans les meilleures conditions, nous suivrons les recommandations sanitaires du gouvernement.

Merci de respecter scrupuleusement ces quelques consignes :
gel hydroalcoolique à votre disposition dans le hall, à utiliser sans modération
– les jauges pourront être réduites dès que les instances gouvernementales l’exigeront et sans délai, aussi, la réservation est très fortement conseillée. Elle pourra devenir obligatoire
port du masque obligatoire dès l’entrée dans le bâtiment et à tout moment
– respect de la distanciation : dans la file d’attente, respectez les 1 mètre.
– paiement sans contact disponible ; si vous souhaitez payer par chèque, pensez à apporter un stylo.
– nous prendrons vos coordonnées (nom, prénom, numéro de téléphone) si vous ne les avez pas fournies lors de votre réservation. Ces informations ne sont pas utilisées dans un autre but que sanitaire et personne d’autre que la chargée de billetterie n’y a accès. Si nous ne sommes pas contactés par l’ARS trois semaines après le spectacle, nous détruisons ces informations.

Le Pass sanitaire

Suite aux annonces du gouvernement du 12 juillet 2021, le Pass sanitaire est à présent obligatoire pour accéder à la salle.

Pour obtenir un pass sanitaire, il faut soit :
– être vacciné.e : une attestation de vaccination complète (deux doses + 7 jours révolus OU trois doses pour les personnes concernées)
– être testé.e : un test PCR ou antigénique négatif de moins de 24 heures (par exemple, pour venir voir Révolte ! le jeudi à 19 h 19, votre test doit dater du mercredi soir au maximum)
avoir eu le Covid : le résultat d’un test RT-PCR positif attestant du rétablissement de la Covid-19, datant de plus de 11 jours et de moins de 6 mois.

Une de ces trois solutions vous fournira un QR code (sur ameli.fr, sur l’appli TousAntiCovid ou à demander à un.e professionnel.le de santé). Munissez-vous de ce QR code papier ou numérique lorsque vous viendrez à la billetterie. Nous scannerons avec notre tablette et l’appli TousAntiCovid Vérif votre QR code, l’appli nous indiquera s’il est valide ou non, sans nous dire pour quelle solution vous avez opté. La vérification d’identité n’est pas nécessaire.

Puis vérification de votre réservation et encaissement de vos places, comme d’habitude.

La billetterie ouvre au minimum une heure avant chaque spectacle. Dans la mesure où cette vérification sanitaire va automatiquement rallonger le temps passé avec chaque spectateur, nous vous demandons d’arriver le plus en avance possible afin que le spectacle puisse commencer à l’heure.
Attention, si vous n’avez pas retiré vos places ou si vous n’êtes pas dans la file d’attente 10 minutes avant le début du spectacle, vous pourrez perdre vos réservations, qui seront réattribuées à d’autres spectateurs. Les personnes qui n’ont pas réservé entrent en dernier.

Photo : Laurent Reyes

Portrait de Stéphan Meynet

Stephan Meynet est chargé de mission Spectacles Vivants de l’Université Lyon 1, il est le programmateur et le directeur technique du Théâtre Astrée. Il propose une programmation annuelle de spectacle vivant (théâtre, danse, musique…) au sein d’une université scientifique.

L’équipe du Théâtre Astrée a interviewé Stéphan Meynet. Vous pouvez lire et même écouter cet entretient pour en apprendre plus sur son parcours, son projet à Lyon 1 et sur la programmation du Théâtre Astrée.

« Il faut retourner à la lutte, pour que les gens connaissent la chance d’avoir un théâtre comme Astrée, d’avoir des ateliers de pratique artistique. Ce n’est pas acquis pour tout le monde. Le défi, c’est que ce théâtre continue d’exister tout en maintenant un niveau d’exigence élevé. »

« [Le poste de chargé de mission Spectacles Vivants] est une création de cette année, à l’Université Lyon 1. On a créé ce poste pour que je me concentre sur le spectacle vivant. En pratique, il s’agit de s’occuper de la programmation. Je prends le relais de Claire Truche de la Nième compagnie, qui était la directrice artistique du théâtre à travers la compagnie en résidence. »

« On va continuer de travailler avec les partenaires habituels. En parallèle, nous allons essayer d’innover pour répondre aux demandes des élus étudiants. On va tenter d’implémenter des choses sur les autres sites (Gerland, Rockefeller, Lyon sud…) et de trouver de nouvelles formes. »

Extraits de l’interview, à retrouver en intégralité sur le site de l’UCBL (l’audio est disponible à la fin du texte de l’article).